Utiliser la réalité augmentée et virtuelle pour développer ses ventes de piscines

01 fév 2017
Innovations
Marketing & ventes


Réalité virtuelle sur un logiciel de Logyline. © Logyline

Sur le salon Piscine Global Europe 2016, Théophane Langlais nous plongeait dans son univers, celui de la réalité augmentée. Vous n’avez pas eu l’occasion de l’écouter ? Pas d’inquiétude : nous l’avons interviewé pour vous parler en détail des enjeux de la réalité augmentée, et virtuelle, dans le monde de la piscine et des spas.

Théophane Langlais est le fondateur et l’actuel dirigeant de Logyline, société créée en 2006. En 2012, Logyline s’est lancée dans le virtuel avec son logiciel à destination exclusive des pisciniers, Logyconcept3D. Un outil d’aide à la vente qui séduit en France mais aussi aux États-Unis, au Brésil, en Nouvelle-Calédonie ou encore en République tchèque… Et peut-être vous, derrière votre écran, à la suite de cet article.

Qu’est-ce que la réalité augmentée ?

En une phrase, Théophane Langlais définit la réalité augmentée comme le fait « d’intégrer des éléments virtuels au sein d’éléments réels, existants ».

Dans le cadre du logiciel Logyconcept3D, le procédé est simple : « les pisciniers prennent des photos de la maison et du terrain sur lequel sera construite la future piscine, et intègrent ensuite la piscine (ainsi que sa terrasse) sur ces photos grâce au calcul de la perspective ». Vous vous retrouvez alors avec des images 3D cohérentes, entre réel et virtuel, du futur projet à présenter à vos clients.

Réalité augmentée : une réponse aux besoins actuels des clients ?

Le premier objectif de cette innovation est clair, elle « permet aux clients de se projeter un maximum dans leur futur projet », que ce soit depuis leur jardin ou depuis leur maison. Le logiciel leur apporte une image concrète : celle de leur propre piscine sur leur propre terrain. Le but est bien sûr de « faire rêver les clients et leur donner envie de faire aboutir leur projet, mais l’objectif est aussi de les rassurer. »

Car il n’est pas toujours évident de faire imaginer à un client le rendu final de son projet, en volume notamment. Est-ce qu’on part sur un 8×4 ou un 10×5 ? Pas facile, pour quelqu’un qui n’en a pas l’habitude, de « voir » la différence. Le logiciel permet de « donner une échelle au projet, pour bien se rendre compte des dimensions réelles que va avoir la piscine sur un environnement existant. »

A lire également :
Quelles sont les questions que les clients se posent lors de l’achat d’une piscine ?

D’autre part, grâce à Logyconcept3D, « le piscinier va pouvoir accompagner son client sur le projet. Il va pouvoir, par exemple, lui apporter des conseils et l’assister sur le choix de l’orientation de la piscine, en tenant compte des vents dominants ou encore de l’ensoleillement. » Le logiciel joue ainsi un rôle d’outil pédagogique, ou de support, qui permet d’intégrer tous les éléments caractéristiques d’un environnement afin de répondre aux besoins d’un terrain, tout en comprenant les envies d’un client.

Et ces envies sont aujourd’hui de plus en plus précises. Quand on parle de piscine, on ne pense plus simplement au bassin, il faut aussi intégrer son « design, avec un mobilier, un aménagement intérieur, des terrasses qui viennent l’embellir. » En France, nous sommes revenus vers des formats rectangulaires classiques mais avec « des aménagements intérieurs de plus en plus évolués, avec par exemple des banquettes ou des équipements orientés spas (système de nage à contre-courant…) ». Logyconcept3D intègre l’ensemble de ces éléments pour ne pas proposer seulement une piscine aux clients, mais bien un espace de vie à part entière.

Et aux besoins des mairies ?

Dans le cadre d’un dépôt de permis de construire, « les insertions paysagères – ces photos qui intègrent la piscine et son aménagement dans son paysage – qui étaient facultatives, sont de plus en plus demandées voire quasiment obligatoires ». Logyconcept3D permet non seulement de répondre aux besoins d’immersion des clients, mais aussi de « répondre aux besoins des mairies de fournir non pas un seul visuel de ce type, mais plusieurs et sous différents angles de prise de vue. » Les démarches administratives sont ainsi facilitées.

De la réalité augmentée au casque virtuel

Lors du salon Piscine Global Europe 2016, Théophane Langlais nous parlait de réalité augmentée… et de réalité virtuelle. Quelle est la différence ?


Piscine en réalité augmentée avec le logiciel Logyconcept3D. © Logyline

La réalité augmentée travaille à partir de photos réelles sur lesquelles sont intégrés des éléments 3D, tandis que « la réalité virtuelle est entièrement créée par informatique. » Mais l’innovation majeure de Logyline, sur Logyconcept3D, repose surtout sur le rendu : « les projets créés en réalité augmentée seront visualisables via un casque de réalité virtuelle. » Grâce à ce casque, le client pourra « être immergé au cœur de son projet, dans un environnement capturé à 360° ». Il pourra ainsi voir les éléments autour de lui et observer tout cet environnement aménagé avec sa piscine… « en tournant naturellement la tête. Comme s’il y était ! »

Et c’est bien cela la nouveauté : bientôt, on pourra vivre l’expérience de « plonger encore plus dans sa piscine… » sans se mouiller bien sûr ! Mise en place prévue pour mars 2017.

Crédit photos : Logyline

Partager cette page :